Kiss my ass!

$T2eC16V,!zcFIeFmDr9fBS,NCKjSCg~~60_35

 

Extrait – Aime-moi… comme tu es –

Cathy Galliègue

Éditions Kawa

 

 

 

 

 

De : Tom

Envoyé : 17 mars 2009 à 20h32

À: Emma Sujet : Quelques réponses

Joie ! Soulagement, fin de l’apnée, mon oxygène circule enfin ! J’ai peur. J’allume une cigarette, mes mains tremblent. J’ouvre.

Coucou,

J’espère que tu vas bien. J’espère mais je n’en suis pas sûr. Je sais que ta vie n’est pas facile et je sais que tu dois te poser beaucoup de questions. J’ai pris le temps de réfléchir, tu me connais, et je vais essayer de t’apporter quelques réponses.

Depuis que nous nous sommes rencontrés, tout est allé très vite, trop vite peut-être. Je n’ai pas cessé d’essayer de te freiner, mais tu sembles ne pas vouloir comprendre.

Tu me veux dans un avenir commun alors que je ne suis pas capable de me projeter dans demain. Tu voudrais des mots de moi que je ne pense pas, ou pas toujours. Et comme ce que tu voudrais lire n’arrive pas, tu t’enfermes dans l’appartement, tu vis dans la seule attente de pouvoir me parler, tu oublies même de travailler.

Je veux que tu ne m’attendes pas pour vivre. Et je voudrais ne plus lire tes sous-entendus sur mon incapacité à te parler. Je n’en suis pas incapable !

Je ne veux te dire que ce que je pense vraiment.

Bien sûr, j’aime me coucher contre toi et te prendre dans mes bras. Bien sûr, tu es quelqu’un qui compte dans ma vie et bien sûr, je te trouve jolie.

Ne commence pas à te détester !

Montre-moi que tu peux être pétillante, comme avant, que tu es une guerrière et que ce n’est pas un pauvre type comme moi qui va te mettre à genoux !

Ce n’est pas mon intention, pas du tout, crois-moi.

Un jour, je vais rentrer et tu seras là. Tu vois, rien ne change. Alors, laisse passer le temps sans te torturer l’esprit, sans penser à ma place, sans trop penser à moi.

Je sais que ça n’est sans doute pas ce que tu attendais en ouvrant ce mail, mais si tu lis entre les lignes, tu comprendras… Ici, tout va bien. Aussi bien que ça puisse aller au pays de la poussière. La routine s’installe. Parfois les pannes d’électricité ou de réseau, ou les deux. Si tu n’as pas de nouvelles, ce n’est pas forcément délibéré.

Si tu as mes parents au téléphone, je sais que tu leurs parles souvent, dis leurs que ça va, que je pense bien à eux et que nous leurs rendrons une petite visite à mon retour.

De mes lèvres à ton cœur, je trace le chemin. Prends soin de lui.

De mes lèvres à ton c… ? Non, mais je rêve ! C’est supposé être de la comédie romantique ça ?! T’inquiète, oui, j’en prends soin ! Bien, bien soin, en lui versant de bonnes rasades d’alcool quand il est tout desséché, ces nuits de dingues, toutes ces nuits où toi tu dors, tranquille, dans ta cabane à l’ambassade, toutes ces nuits où il s’agite dans le vide ce cœur, et tant qu’on y est, une clope toutes les dix minutes aussi, histoire de l’enfumer, un peu comme tu le fais si bien avec moi !

Et tu sais quoi ? Il va super bien ! Il bat, il s’emballe aussi parfois, quand il trouve qu’il est bien long ce chemin de tes lèvres à mon…à mon cul, tiens ! Kiss my ass ! Je suis sûre que ce chemin-là est bien plus court, et tu le connais par cœur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s