Publier un premier roman. Arghhhh ma pauvre…pas facile.

testuunevedettew C’est sûr, pas facile. Mais partant de ce postulat, on ne devrait donc faire que des trucs faciles ?
En vrac, cessons donc de:
 Faire des enfants. Accouchement, pas facile. Transmettre les valeurs fondamentales qui feront de l’enfant un humain heureux et fréquentable, pas facile.
 Bosser. Se vendre à un DRH, jouer des coudes, se démarquer, décrocher le job et s’y rendre tous les matins la fleur aux dents, performer, pas facile.
 Vivre à deux. Ne pas se laisser embarquer par le premier vendeur de rêves, faire le bon choix, ne pas trop écouter ses hormones, rester soi-même, ne pas pourrir la vie de l’autre (valable dans les deux sens). Pas facile.
Se lever le matin. Jamais facile.
Cuisiner. Choisir de bons produits, éplucher, pleurer au dessus des oignons, assembler, surveiller, humer, laisser mijoter. Pas facile.
Aimer. Normalement, ça va avec « vivre à deux ». Risquer d’y laisser sa peau et tout ce qu’il y a dessous. Pas facile.
Faire du sport. Bouger, courir, transpirer, avoir des courbatures, et puis recommencer. C’est sans fin et c’est pas facile.
Nettoyer, ranger son bordel et parfois même celui des autres. Répétitif et sans aucun autre intérêt que de poser son regard sur un environnement harmonieux. Pas facile du tout et même très chiant.
Mourir. Pas facile.

Je pourrais poursuivre l’inventaire à l’infini ou décrire les bases d’une vie facile.

Ça donnerait à peu près ça:

Ne se lever que lorsque les premiers escarres s’installent sur les fesses.

Chercher dans la vaisselle dégueulasse empilée dans l’évier crasseux de quoi faire réchauffer une boite de William Saurin.

Vivre seul, peinard, sans témoin.

Travailler? Y’en a qui aiment, laissons-leur laisse la place.

Ne pas faire d’enfant(s), normalement si vous suivez tout bien à lettre, personne n’aura envie de vous en faire.

Se vautrer devant « Confessions intimes » et se dire qu’il y a pire. N’aimer personne, ou alors pas trop.

Et mourir. Ça arrivera quand même, et ça sera pas facile.

Alors, si on pouvait arrêter de me briser menu les ovaires avec « halala, publier un premier roman, pas facile, tu sais… » !
Je sais.
Et donc? Des suggestions? Non?

Alors, laissez-moi au moins rêver. C’est facile ça.

Une réflexion sur “Publier un premier roman. Arghhhh ma pauvre…pas facile.

  1. Bien sûr ce n’est pas facile mais … tout à fait d’accord, ce n’est qu’une des choses pas faciles parmi les autres! Plein de gens y arrivent, même de très mauvais auteurs (et ce qui est vraiment pas facile à comprendre, c’est que parfois le premier roman est suivi d’autres à gros tirage!) :-O

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s