Ôde aux petits instants magiques

Pine forest with the last of the sun shining through the trees.

.

13 mai.
Je me réveille avec une sorte de détermination hors du commun: je veux un petit émerveillement !

 

 

 

Pas un truc de fou, pas la lune sur un plateau, simplement un petit moment de ravissement.
Midi, je prends la voiture. Dix bornes plus tard, mon estomac me rappelle que j’ai oublié de manger depuis la veille. Boulangerie dans petit village. Habituellement, la flemme aurait pris le pouvoir sur la faim. Mais là, une place de parking me tendait les bras, juste devant, et je goutais même à cette espèce de nonchalance qui fait du bien.
No stress, si j’arrive en retard, on s’en tamponne.
-Bonjour madame. Vous avez des sandwichs?
-Bonjour (grand sourire bien sympathique), seulement à la demande.
Et elle m’énumère les trucs qu’elle peut mettre dedans, et précise que je choisis la cuisson du pain. Cool.
Je me retourne, derrière moi, une table et une petite bibliothèque avec plein de bouquins. Un petit panneau « servez-vous ».
Et la petite dame de m’expliquer que je peux prendre ce qui me fait plaisir, que c’est une association qui dépose des livres pour donner la possibilité à chacun de lire. Mais, et là je me bouche mentalement les oreilles, que les gens ne lisent pas beaucoup, même gratuit, ça ne marche pas fort.
Elle me tend mon sandwich au moment où ma main attrape « Du Sahara aux Cévennes » de Pierre Rabhi.
Nous avons donc, pour 3.60 euros, un sandwich délicieux, une boulangère vraiment gracieuse, un livre et une serviette brodée. Nan j’déconne! (pour la serviette).
Paul, tu peux aller te rhabiller.
J’avais eu mon petit émerveillement. Au fait, la boulangerie, c’est à Angervilliers dans le 91.
Et c’est pas fini.
Je rentre le soir, vraiment de très bonne humeur et j’ouvre ma boite mail.
« Hello Cathy,
j’ai fini la lecture de ton « roman ». Waouhhh !
Quand peut-on se voir pour discuter de son édition ? On pourrait le sortir en Juin, pour les lectures de vacances ? »
J’avais demandé un petit émerveillement et j’ai eu le service cinq étoiles. Je danse devant mon écran en remerciant le padré qui, j’en suis sûre, du haut de son perchoir n’y est pas pour rien.

4 réflexions sur “Ôde aux petits instants magiques

  1. Mais quel lieu charmant, quel sandwich succulent puisque servi avec sourire et entrain, et la serviette brodée peut s’imaginer, elle fait même clac quand on la déploie car elle est grande, de ce type serviette à homard, sauvée d’un vieux trousseau brocanté…

    Bravo pour le livre de l’été!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s