Ils se dénudent pour vous…

Les éditeurs passent à table sur la Toile Cirée.

Franck Spengler, des Éditions Hugo & Cie, répond aux questions qui ne se posent pas…

night-vintage-music-bokeh-large-600x400

Vous avez le cœur battant. Vous l’avez lu et relu. Corrigé. Il est parfait. Times New Roman, 12, interligne 1,5. Hop dans l’enveloppe avec votre petit mot d’introduction et vos coordonnées. Ou alors – il faut vivre avec son temps et l’économie n’est pas négligeable – un clic suffit. Survient l’attente, d’autant plus longue que la notion du temps n’est pas la même chez l’éditeur et chez l’auteur.

Imaginez-vous seulement ce qui se passe? Ce que devient votre texte. Comment on en discute. Comment on l’appréhende.

Avant même que ne vous parvienne une gentille lettre de refus, ne s’installe un silence éloquent ou  ne retentisse le coup de fil libérateur qui vous colle au plafond, comment travaillent les éditeurs et directeurs de collection ?

Les malfauteuses s’y sont collées. Elles ont passé à la question quelques éditeurs. Une condition : le refus de la langue de bois. Ils ont joué le jeu et pour vous se dénudent…

Hugo et Cie est née il y a 20 ans. Un groupe de « francs tireurs » comme le définissait L’Express en octobre dernier avec des des livres d’humour, de sport, des documents, de l’érotisme et des romans. Des éditeurs pas dans le moule, qui ne pensent pas St Germain. Bref des éditeurs avec un …S. On a retenu le S comme Spengler et on a interrogé Franck…

Parlons d’abord de vous. Quel est votre parcours ?

Après mes études d’histoire, j’ai travaillé dans la pub, j’ai été routier en Suisse puis je suis revenu en France en 1985 où j’ai été prof d’histoire-géo dans un collège de Saint-Denis. Dans le même temps, ma mère, Régine Deforges, a remonté une maison d’édition et m’a demandé de venir l’aider. Entre prof et éditeur, je n’ai pas hésité longtemps et j’ai rejoint ma mère pour vivre une extraordinaire aventure humaine et éditoriale.

Combien de manuscrits recevez-vous par mois ?

Chez Hugo et je ne parle que de Hugo Roman  environ une trentaine. Nous avons par ailleurs un catalogue de titres et de genres très large…

Avez-vous un comité de lecture ? Si oui, comment fonctionne-t-il ? S’il n’est pas d’accord avec votre choix, comment cela se passe-t-il ?

Chez Hugo nous avons un comité éditorial qui compte 14 personnes où chaque éditeur présente ses projets et les défend. S’il ne convainc pas les autres éditeurs, la direction commerciale et la direction générale, le projet est retoqué.

Cela ne concerne pas les romans où nous achetons les droits à l’étranger. Ceux-là  sont gérés directement par Hugues de Saint Vincent pour la partie économique et l’éditeur concerné pour l’editing.

Comment effectuez-vous une sélection ? Quels sont vos critères ? Qu’est-ce qu’un bon texte à vos yeux ?

Pour un roman, je m’attache à sa qualité d’écriture, l’originalité de son thème et son potentiel commercial.

Lisez-vous entièrement les textes que vous recevez même si vous n’accrochez pas immédiatement après quelques pages ?

Non, car je sais en une dizaine de pages ce que je veux savoir : est-ce bien écrit ? Est-ce original ? Est-ce commercial ? Ai-je envie de continuer à lire ?

Vous recommande-t-on des manuscrits ? Lisez-vous automatiquement les textes des amis d’amis etc. ?

Oui, évidemment. Oui, mais je suis encore plus dur et difficile qu’avec des textes d’inconnus.

Fonctionnez-vous au coup de cœur intégral ou acceptez-vous de jouer, de temps à autre, le rôle de directeur littéraire  en donnant des conseils de réécriture ?

Je fonctionne au coup de cœur, mais je peux ne pas publier un livre pour lequel j’ai eu un coup de cœur mais où j’ai eu la conviction que l’on n’en vendra pas 1.000. Le coup de cœur n’est pas toujours un gage de bonnes ventes et notre métier, ne l’oublions jamais, c’est aussi de vendre des livres.

J’aime bien conseiller un auteur quand cela est nécessaire. Sinon, je n’aime pas « ramener ma science » quand cela ne se justifie pas.

Avez-vous déjà refusé des textes qui ont été des succès d’édition chez un autre éditeur ?

Jamais et cela me rassure. En revanche, j’ai raté des textes pour lesquels j’avais fait une offre, mais où les auteurs ont choisi un autre éditeur.

Un grand merci à Franck Spengler pour sa disponibilité et sa sincérité.

http://www.hugoetcie.fr

Vous êtes un éditeur plutôt franc du collier. La langue de bois, vous ne connaissez pas…Jouez au jeu de la vérité avec les malfauteuses et contactez-les!

Propos recueillis par Roselyne Madelénat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s