Épitaphes de Tom Noti

couv_Epitaphes

Par Carole Declercq

 

Le dernier roman de Tom Noti est composé de trois respirations qui finissent par n’en faire qu’une.

La première est celle d’un petit garçon d’une dizaine d’années, Charles. Nous sommes dans les années 50. Quelque peu souffre-douleur à l’école, c’est un enfant bien élevé. Il vit avec sa mère, énigmatique jeune femme dont l’activité principale est d’assister aux enterrements. Charles n’a qu’une préoccupation: plaire à cette maman que l’on sent fragile, apeurée on ne sait trop pourquoi. Le père? Absent. Disparu. Envolé. Mystère!
Lire la suite

Elephant island

 

elephant

Il m’a fallu des nuits et des nuits pour aimer l’enfant que je fus.

Bien sûr. Comment un enfant privé d’amour et même privé du strict nécessaire à la survie peut-il s’aimer ? Sur quelles fondations ? Pourquoi ?

Luc Baba ne nous épargnera rien de ce que cette première guerre a fait de l’Humain. 

1917. Louis a sept ans quand sa mère décide de l’emmener dans un orphelinat. Juste avant, elle dépose sa soeur dans celui des filles. Elle les quittera ainsi, sans sanglots, sans se retourner, un baiser furtif et deux bouches de moins à nourrir.

Lire la suite

Un autre jour pour mourir

 

un autre jour

Carole Declerq  – 2016 –  Edition Terra Nova

Par Brigitte Ponthieu

Attendu avec impatience, le second roman de Carole Declerq ne dément pas les promesses laissées par la lecture de son premier « Ce qui ne nous tue pas … ».

Cette fois, nous suivons Stéphanie Rettner, une talentueuse violoniste de 27 ans.
La résilience a ceci de particulier qu’elle nous pousse à trouver le meilleur quand le pire nous atteint. Sa passion pour la musique sera le seul exutoire pour l’aider à sortir d’une ravageuse déception sentimentale avec le magnifique, charismatique et ambitieux pianiste Dimitri Vassilienko.

Lire la suite

(Presque) jeune, (Presque) jolie, (À nouveau) célibataire.

presque

Je ne devais pas chroniquer ce roman. Je l’avait dit. Ici, c’est un peu une marque de fabrique. On ne parle pas de ce que l’on n’aime pas. 

Mais une chose m’agace cependant prodigieusement : le copinage et la complaisance. L’auteure est blogueuse, largement connue sur Facebook, avec autour d’elle, toute une nuée d’amies blogueuses qui lui veulent du bien. L’amitié, je n’ai rien contre. Au contraire. La complaisance, par contre, ça me dérange un peu.

Lire la suite

Petit pays.

petit pays

Lettre à Gaby.

Tu sais, Gaby, d’habitude, quand je lis un livre et que je l’aime, je le chronique. J’en dis tout le bien que j’en pense, j’essaie de communiquer mon enthousiasme, mes émotions, mes frissons. C’est ce que je fais d’habitude.

Lire la suite