(Presque) jeune, (Presque) jolie, (À nouveau) célibataire.

presque

Je ne devais pas chroniquer ce roman. Je l’avait dit. Ici, c’est un peu une marque de fabrique. On ne parle pas de ce que l’on n’aime pas. 

Mais une chose m’agace cependant prodigieusement : le copinage et la complaisance. L’auteure est blogueuse, largement connue sur Facebook, avec autour d’elle, toute une nuée d’amies blogueuses qui lui veulent du bien. L’amitié, je n’ai rien contre. Au contraire. La complaisance, par contre, ça me dérange un peu.

Ce SP, je l’ai demandé. C’est ma faute. On en disait tant de bien. Et si la chick lit n’est pas ma came, j’ai espéré une surprise. Tant de belles choses étaient dites à propos de ce livre, elles devaient bien être fondées sur quelque chose.

Allons-y donc. Ivana, je t’écoute. Et malheureusement,  Ivana, je n’entends rien. Mais alors rien, de rien. J’attendais un peu d’humour saupoudré d’émotions, l’auteure est tellement exigeante dans ses lectures, incisive parfois, j’imaginais au moins un style. Je suis restée le cul sur ma serviette, lecture d’été oblige, en planquant la couverture pour qu’on ne s’imagine pas que j’étais moi aussi, presque jeune, presque célibataire et tout ça…Et je suis restée en cale sèche à la moitié du livre. 

Que dire… Bon, elle se fait larguer à la vitesse du son. Direct, il prend sa valise et se tire dans la foulée, après huit ans de vie commune et un appart en commun. Très très crédible tout ça. Ivana, elle a les boules, elle le dit, mais bon, elle se secoue bien vite,  elle se soigne dans la semaine avec un prof de sport de son bahut, avant d’enchainer les rencontres bidons sur un site de rencontres, bien conseillée par ses copines. Forcément, les mecs sont tous des toquards. Elle nous en fera les portraits. Et puis, forcément, elle va vouloir perdre les kilos qui lui étaient reprochés, garder la pêche, et tenter d’être drôle quand même. Elle va essayer.

Et sur ma serviette, j’ai refermé la chose, un peu en colère tout de même. Mais pas contre l’auteure, sûrement pas. Elle a écrit, elle a essayé et ce n’est pas facile.  Il y a un gap entre enseigner le français et écrire. Entre aimer les belles lettres et tenter de trouver les siennes. Le prochain sera peut-être le bon. Mais en colère contre toutes ces chroniques dégoulinantes de fausse bienveillance sous couvert d’amitié. De ces blogueuses exigeantes, elles aussi, qui n’hésitent pas à découper au scalpel ce qui ne leur plait pas. Ça, je trouve que c’est pas très amical. Ce n’est pas ainsi que l’on aide les amis. Un véritable ami, c’est celui qui est capable de te dire que tu pues du bec. 

Chick lit ou pas, le style, la musique des mots, cette sorte d’émotion qui nous pousse à tourner les pages, je ne l’ai pas trouvée. C’est scolaire, pas franchement drôle, et après un peu d’insistance, carrément emmerdant.

Voilà. Je serai sûrement la seule à oser dire ce que j’ai pensé de ce livre. Les autres sont plus polis que moi et craignent sans doute plus le retour de boomerang. 

Si ça peut rassurer l’auteure, j’avais déjà commis une exception à la règle avec Alix de Saint André. Quand ça me tire un peu trop les couettes, faut que ça sorte.

Et soyons honnêtes, intègres, osons dire les choses, même aux gens que l’on aime bien.

(Presque) jeune, (Presque) jolie, (À nouveau) célibataire. Stéphanie Pèlerin. Mazarine.

 

 

32 réflexions sur “(Presque) jeune, (Presque) jolie, (À nouveau) célibataire.

  1. J’suis pas contre un livre que je ne lirai pas ! J’ai tellement de mal à lire que de voir défiler des livres plus attirants les uns que les autres, sans pouvoir les lire, est une source de frustration … que je m’inflige moi-même, soyons franc ! Ceci-dit, je suis d’accord avec vous, être positif ou positive fait du bien. Merci, Cathy, pour vos articles et une belle journée à vous.

    Aimé par 2 people

  2. L’éternelle phrase « un livre ne peut pas plaire à tout le monde ». Par contre, je m’étonne de voir que tu es si catégorique : une blogueuse ne peut qu’aimer parce qu’elle est amie avec l’auteure… C’est un peu raccourci et réducteur, non ? Alors oui, l’auteure est une amie, que j’apprécie énormément. Mais j’ai aimé ce livre, sincèrement (et je ne te dis pas le stress à l’idée qu’il puisse me déplaire !). J’aime déjà la chick lit à la base, donc ça m’a certainement aidée. Mais, j’ai aussi trouvé que ce livre était drôle, Ivana a su me toucher, et j’y ai trouvé une réflexion sur la femme, arrivée au seuil de ses 30 ans, qui était pertinente.

    Aimé par 2 people

  3. Je ne l’ai pas lu, parce que je n’aime pas la chick lit en général, et en plus je ne connais pas l’auteur donc je ne m’y suis pas sentie obligée. Mais j’ai vu fleurir des articles partout sur les blogs au sujet de ce livre qui m’ont bien fait comprendre que l’auteur avait un réseau d’amies désireuses de lui faire de la pub. Pourquoi pas, d’ailleurs j’aime aussi parler des livres des auteurs que j’apprécie humainement. Après il y a la question de l’honnêteté intellectuelle, vis-à-vis de soi-même, de l’auteur, et des lecteurs du blog à qui on recommande cette lecture… En tout cas bravo d’avoir dit ce que vous pensiez de ce livre sans vous laisser arrêter par ce qu’en disent les autres, et sans avoir craint d’être mal vue ! 🙂

    Aimé par 3 people

    • Oui, il est tentant de vouloir faire plaisir. Et c’est humain. Pour ma part, je suis fraîchement directrice de collection dans une maison d’édition et je refuse les textes des ami(e)s. Pas simple, mais je ne veux justement pas avoir ce regard plus amical que juste. Et encore une fois, je n’implique pas toutes les blogueuses dans ce billet. J’aimerais simplement qu’en toute honnêteté soient portés des textes qui n’ont pas de copines dans ce milieu. Et là, je ne prêche pas pour mon roman à venir, puisque je me tire une balle dans le pieds auprès de celles-là avant même sa sortie.

      Aimé par 1 personne

      • C’est sûr que c’est toujours délicat de parler du texte de quelqu’un qu’on connaît personnellement, surtout si on a des réserves à émettre. Je pense qu’il y a toujours moyen de rester honnête sans blesser dans sa formulation. En tout cas je pense qu’il est honnête de préciser que l’auteur est un ami quand c’est le cas. Qu’au moins les lecteurs du blog sachent qu’il peut y avoir un biais de sympathie, même s’il n’est pas conscient et voulu.

        Aimé par 1 personne

  4. Je n’aime pas la chicklitt à priori, je n’ai pas eu le livre de Stephie en SP et je ne suis pas copine avec elle dans la vraie vie non plus mais comme je connais l’auteur par nos blogs , j’avais prévu que pour une fois, si je n’aimais pas, je ne parlerais pas de ce livre car je ne voulais pas lui faire de peine… Et j’en ai parlé car j’ai aimé… contre toute attente… Et aussi l’histoire du personnage ressemble tant à ma vie à une époque que je ne peux m’empêcher de me dire que tes reproches sont curieux: tu n’y crois pas, certes, mais d’autres y ont cru…Mais bon, tous les goûts sont dans la nature heureusement… Mais quelques fois quand on décide à l’avance qu’on ne va pas aimer et bien on n’aime pas… Comme mon fils de 7 ans avec ses légumes !

    Aimé par 2 people

  5. Comme toi Cathy, j’ai lu et j’ai été très déçu. D’autant plus déçu que j’ai lu d’autres textes de Stephanie d’une bien meilleure qualité et que je ne vois pas l’intérêt de publier ce « truc ».
    J’ai aussi été très surpris par les chroniques qui encensaient le livre… Tous les goûts sont dans la nature, certes, mais la structure du livre en elle-même est bancale et le style est aux abonnés absents… Et je ne m’attarderais pas sur les scènes « chaudes » totalement clichés digne des films érotiques de fin de soirée…

    Je suis surtout surpris qu’un éditeur « connu » publie ce type de roman sans y apporter quelques « corrections »…

    Aimé par 2 people

  6. Comme j’aimerais, un jour, être chroniqué et aussi critiqué par une personne comme vous !
    En effet, en tant qu’auteur, je ne reçois que des louanges et je finis par douter de ces dernières tant l’absence de réelle critique me pèse. La critique est constructive, faut-il le rappeler, elle permet de se remettre en question, d’avancer et ne pas répéter les erreurs des écrits précédent dans les prochains.
    Au nom de tous les auteurs, connus ou pas, merci à vous pour votre saine franchise !

    Pierre Pulitti.

    Aimé par 3 people

    • Au nom de tous les lecteurs et des critiques sincères, merci pour ta réaction Pierre ! Oui, la critique est constructive, elle permet d’avancer, et l’absence de critiques en tant qu’auteur m’angoisserait certainement.

      Aimé par 2 people

    • Très touchant, Pierre, merci infiniment ! Mais peut-être toutes ces critiques positives sont-elles méritées. Il n’y a pas, et heureusement, que de tristes histoires de flatteries amicales dans ce petit monde. Passez un très beau weekend !

      Aimé par 1 personne

  7. Il semble évident que l’éditrice savait que le cercle des blogueuses copines ferait de la pub au bouquin, d’ailleurs l’auteure elle même raconte qu’elle était en contact avec la maison d’édition avant même de soumettre un manuscrit, bref personne n’est dupe, mais après tout le copinage, les échanges de bons et mauvais procédés sont monnaie courante autant dans la blogosphere que dans le milieu de l’édition. Bravo pour votre article, ça fait du bien!

    Aimé par 3 people

  8. Ah! Quel article rafraichissant, qui a l’avantage de mettre les points sur les i. Je connais le roman (je le vois un peu partout sur la blogosphère), mais faute d’intérêt, je ne le lirai pas. À chaque fois que je lis un billet positif sur ce bouquin, je me demande quelle est la part de sincérité. Surtout venant de blogueurs(ses) qui habituellement répugne à lire de la chiklit. J’en ai marre de cette tendance de flatter dans le sens du poil le livre des copines. Au mieux, si on n’aime pas, on en parle pas. J’habite au Québec et le milieu de l’édition est un petit monde. Je remarque la même tendance de copinage. Pour ma part, j’ai une catégorie «coup de dent» sur mon blogue et je n’hésite pas à parler des livres que je n’ai pas aimé. Tout les goûts sont dans la nature! Après, tout est dans la manière de le dire.

    Aimé par 3 people

  9. Il est temps, tout comme le soulignent de plus en plus certains libraires aux « coudées franches » et ils sont nombreux, que les auteurs soient encensés au niveau qu’il méritent et non parce qu’il y a des étiquettes collées de ceux qui sont essentiellement et avant tout « bankable ».
    Cette honnêteté est ce qui démarquera la Toile Cirée et donnera sa crédibilité à toutes les chroniques publiées ici. Merci pour vos commentaires qui ont compris le sens d’une telle chronique assez inhabituelle, mais qui effectivement remet les pendules à l’heure et redonne foi aux vrais talents.

    Aimé par 2 people

  10. Je suis assez surprise par cette chronique. Non pas parce que le livre ne vous plaît pas mais parce que les personnes qui ont aimé et connaissent l’auteur, même virtuellement, sont accusées de ne pas être sincères. C’est un peu comme quand on reçoit ds SP et que notre avis est remis en question parce qu’on n’a pas acheté le livre. Celui-ci, je l’ai acheté chez mon libraire et je l’ai aimé. Mais je n’aime peut être que la mauvaise littérature !

    J'aime

    • Que c’est usant ! Donc encore une fois je vais expliquer. Je vais expliquer mon étonnement, ma surprise – oui, j’ai le droit d’être surprise aussi – de voir fleurir toutes ces chroniques très jolies chez des blogueuses qui habituellement dédaignent ce genre de littérature. Je ne vais donc pas m’étendre encore une fois mais simplement confirmer ce que j’ai déjà dit : j’aimerais, puisque toutes ces chroniques sont sincères et pas téléguidées par l’amitié, voir à l’avenir chez ces mêmes blogueuses des chroniques tout aussi emballées de petits romans du même genre et/ou de la même qualité littéraire. Et le doute serait dissipé. Bien sûr que certaines blogueuses ont acheté ce roman, l’ont chroniqué en toute honnêteté et elles ne sont pas l’objet de mon agacement, ça me semblait assez clair. Nombre d’entre elles – qui ont aimé ou pas ce livre – ont d’ailleurs apprécié mon petit coup de gueule. Ça va mieux ?

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s