Ray Bradbury, Le zen dans l’art de l’écriture

ray-bradbury-1

Vu de France, dans l’esprit du commun des mortels, il n’est que l’auteur des Chroniques martiennes ou de Fahrenheit 451. Vu de près, au gré des écrits qu’il a laissés, nous découvrons qu’il est un humaniste rempli d’humour, homme engagé, créateur infatigable, auteur de romans, nouvelles, poèmes, pièces de théâtre sur près d’un demi-siècle, esprit acéré, curieux et naïf à la fois s’interrogeant inlassablement sur les affres de la création…« Chaque histoire était un chemin qui me conduisait vers mes moi-mêmes… »

Traduits de l’anglais pour la première fois, les Essais sur la créativité de Ray Bradbury sont des miscellanées particulièrement digestes parce que fluides, sincères, souvent attendrissants et dénués de pose. Ils se dégustent avec lenteur, gourmandise, et s’ancrent en vous, car vous vous surprenez très rapidement à réfléchir sur votre propre démarche d’écrivain. Rédigés sur une trentaine d’années, entre 1960 et 1990, ils nous permettent de rencontrer l’homme au cœur du processus d’écriture et tiennent à la fois du recueil de pensées, du manuel d’instructions techniques à l’usage des écrivains en herbe –TRAVAIL, RELAXATION, NE PAS RÉFLÉCHIR– et du journal intime.

Émouvants, ces souvenirs de jeunesse dont on apprend qu’ils sont la genèse d’une nouvelle  devenue célèbre par la suite. « Mais des idées, on peut en ramasser partout: elles sont comme des pommes tombées à terre et qui pourrissent dans l’herbe, faute de passants sensibles à leur beauté et à leur saveur… » L’enfance fut fondatrice pour Bradbury. Elle est une source intarissable. Il y revient sans cesse. « Pour commencer j’ai fouillé dans mon cerveau à la recherche de mots capables de décrire mes propres cauchemars, mes frayeurs nocturnes et l’époque de mon enfance, et sur ces mots j’ai bâti des histoires. »

D’une surprenante modernité de ton, attachés à créer un lien complice et rassurant, ces Essais dédramatisent l’art d’écrire, font descendre les Muses de leur piédestal et confortent le lecteur dans l’idée  que le vivant et la puissance d’observation de l’écrivain sont les matériaux premiers et inconditionnels à l’origine de tout acte de création.

« Laissez le monde brûler à travers nous. »

Ray Bradbury, Le zen dans l’art de l’écriture, Essais sur la créativité, traduit de l’anglais par Bertrand Augier, Éditions Antigone14, 2016,16 euros

2 réflexions sur “Ray Bradbury, Le zen dans l’art de l’écriture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s