Le Bureau des Jardins et des Étangs.

le-bureau-des-jardins-et-des-etangs

Asseyez-vous. Ici, oui, et regardez. Nous sommes devant une immense, une très longue fresque japonaise. Très ancienne aussi. Elle date du XIIe siècle nous dit-on, et elle retrace le parcours d’une frêle jeune femme, courbée sous la palanche à laquelle deux nasses bien plus lourdes qu’elle sont suspendues.

Elle marche, inlassablement, à petits pas pour ne pas ébranler l’eau des nasses et effrayer ses précieuses carpes. Elle marchera des centaines de kilomètres. Nous la regarderons cheminer à travers les forêts, escaladant les montagnes, suivant le cours de la rivière pour ne pas trop s’égarer et atteindre enfin la cité impériale, y livrer ses inestimables poissons au Bureau des Jardins et des Étangs. 

Approchez. Voilà, plus près. Voyez ces détails infimes, ces petites épines qui s’accrochent à la peau, le froid mordant, les reflets de l’eau, le chemin boueux… Et les odeurs, tous ces effluves, délicieux ou nauséabonds qui s’échappent du tableau et vous sautent au visage…

Miyuki doit accomplir cette mission, autrefois dévolue à son cher époux, le meilleur pêcheur de carpes de son village, le fournisseur exclusif des étangs sacrés de la cité impériale. La rivière l’a tué. La survie et l’honneur du village tout entier reposent désormais sur les frêles épaules de Miyuki.

Ce chemin de souffrance est celui du deuil. Persuadée que son époux  l’accompagne, elle avance, petits pas serrés, sandales de pailles, dans les souvenirs de leurs étreintes, d’une vie qu’elle ne retrouvera pas. Mais elle sera seule pour affronter les brigands déguisés en pèlerins, seule face à la maquerelle aux lèvres vertes, seule face à la trahison.

L’époque n’est pas à l’apitoiement. La vie humaine ? 

Un détail « dans un monde où la seule certitude était l’impermanence. »

La beauté, l’harmonie, l’odeur de la vie…quête absolue de ceux qui ont déjà tout, mais qui n’ont jamais goûté à la saveur unique du dénuement, du renoncement à soi pour servir l’honneur de ceux qui n’ont plus que cela.

C’est une histoire de Japon, de carpes et d’amour. Une fresque olfactive, un roman magnifique.

Le Bureau des Jardins et des Étangs – Didier Decoin – Stock 

2 réflexions sur “Le Bureau des Jardins et des Étangs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s