Pêcheurs d’étoiles par Jean Paul DELFINO

Par Brigitte PONTHIEU


C’est une bouffée d’oxygène, un voyage dans le temps que je nous suggère Jean Paul Delfino.

En fan de Woody Allen, je retrouve avec bonheur l’atmosphère de « Midnight in Paris » façon Delfino !
Dans le tumulte des soirées parisiennes de 1925, j’ai suivi Blaise Cendrars écrivain, de retour d’un voyage au Brésil, au début de sa vie, et Erik Satie, musicien en mal de reconnaissance, sur la fin de la sienne, toute une nuit, avec force détails où les mots sont tous judicieusement et délicieusement choisis pour nous laisser convaincre.
Un périple parisien que balisent les réverbères de la Capitale, retrouvailles de ces deux hommes à la recherche d’une énigmatique femme, Biqui.

Entre rêve et réalité, nous croisons Cocteau, Chagall, les époux Delauney, Lautrec, Modigliani, Utrillo, Abel Gance, dans des endroits mythiques que JP Delfino nous rend tellement accessibles, comme La Closerie des Lilas, Le Père Lachaise, l’Opéra Garnier et son antre secrète, ……
Deux loosers du moment, mais deux génies futurs qui nous prennent par la main et guidés par les vapeurs d’alcool, nous immergent dans ce Paris haut en couleurs, truculent, débridé.

Avec un indéniable savoir-faire de scénariste qu’est JP Delfino, ce n’est pas tant à un roman que nous convie l’auteur, mais à de multiples et superbes prises de vue d’un réalisme époustouflant, ponctué par des détails historiques précieux, et des dialogues savoureux.
On reste abasourdi par un récit dense et vertigineux, tout en poésie et tendresse souvent, et le retour à la réalité n’en est que plus frustrant et difficile.

Indéniable coup de cœur pour ce roman donc, que j’ai découvert au du Salon du livre de Brive en novembre 2016 où JP Delfino était présent pour des dédicaces.
J’ai fait la connaissance de l’auteur cette fois, avant la lecture de son roman. Comprenant sa passion pour le Brésil qu’il développe dans bon nombre de ses ouvrages, j’ai mieux saisi son choix de personnage en Blaise Cendrars.

Quoi de plus vivifiant et salutaire que de suivre aveuglément ces pêcheurs d’étoiles, deux siècles plus tard où la lumière nous fait si souvent défaut.

Merci JP Delfino pour ce magnifique coup de projecteur sur ces Années Folles qui explosent de vie, ce condensé de rêves, souvenirs et regrets mêlés avec un vrai talent, fou lui aussi, où se conjuguent habilement fantaisie, fantasmes, réalisme et poésie !

Les pêcheurs d’étoiles

Jean Paul Delfino

Editions LE PASSAGE (septembre 2016)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s