Le corps parfait des araignées.

le corps parfait des araignées

En ce terrible été 2003, la canicule s’abat sur l’Europe. En France, on ne sait plus où empiler les morts, les morgues débordent de vieux, de bébés aussi, qui n’ont pas encaissé le choc.

Souvenez-vous, même les nuits n’apportaient pas la fraicheur espérée et dans cette France au ralenti, écrasée par l’impitoyable soleil de plomb, on dénombrait chaque jour à la télévision les oubliés, morts de chaud, de soif et de solitude.

Deux voix se croisent dans ce roman, deux solitudes. ils ne sont plus très jeunes, pas encore vieux, mais seuls, infiniment seuls.

Depuis sa fenêtre, Jonathan mate en douce celle qu’il nomme Pinky, de l’autre côté de la petite impasse parisienne. Quelques mètres les séparent, ils pourraient presque tendre la main et se toucher. Mais ils s’observent.

Pinky est rose, des mules au peignoir jusqu’à ses géraniums, elle est toute rose. Jonathan, à poil dans sa cuisine, comme chaque matin, regarde Pinky et lui invente une vie. Vendeuse de lingerie au Printemps, ça lui irait bien. Vendeuse depuis toujours, horaires fixes, toujours les mêmes.

Jonathan aussi a des horaires fixes, enfin, ces derniers jours, la cadence s’accélère, avec tous ces macabées…

Les insomnies s’enchainent, nuit après nuit, entre les draps trempés de sueur, alors ils rêvent tout éveillés à quelques corps à corps muets qui les réuniraient.

Jonathan part chaque matin creuser des trous pour les morts.

Fossoyeur de son état. Il aime bien son métier, il creuse avec soin des rectangles parfaits, de toutes les tailles.

Pinky, elle, est thanatopractrice. Elle aussi, elle aime son métier. Elle prend soin des morts, elle leur redonne un peu de couleur, elle tue la puanteur qui exhale des corps sans vie, elle les fait tout propres, tout beaux, pour la dernière visite de la famille.

La vieillesse est pire qu’un naufrage, c’est une avarie. Tout ce qui est contenu à l’intérieur du corps s’abîme lentement, jusqu’à s’échapper en odeurs fétides par tous les pores.

Et ces odeurs vous sautent à la gorge au fil des pages. Celles des vivants, des mourants et des trépassés. Parce que la chaleur ne fait pas de cadeau et les corps les plus parfaits, les plus beaux se mettent à dégager des relents de fluides avariés dès qu’ils sont soumis à des températures trop élevées.

Il y a cette écriture saccadée, essoufflée, la voix de Jonathan qui jette ses intimes pensées, sans fioritures.

Il y a la voix de Pinky, poétique, balafrée comme sa poitrine, colorée comme ses perruques, triste et belle, et entre ces deux-là, Franck Balandier nous offre un magnifique grand écart au dessus d’une petite impasse parisienne, comme un pont dans la solitude des grandes villes.

Décidément, Franck Balandier excelle dans l’art d’emprunter des voix, de les porter avec une incroyable sincérité et un talent indéniable. Il m’avait déjà bouleversée avec Gazoline Tango, à paraître en Août au Castor Astral (chronique à venir), là, en s’attaquant à ce que l’humain a de plus imparfait et en parvenant à en faire une grâce, on se met à aimer les corps parfaits des araignées, bien plus parfaits que les nôtres.

matoutou 2

Et puis surtout, les araignées. Elles possèdent l’élégance de leur démarche. Leurs filatures prises dans la rosée du petit matin. il n’y a plus de rosée depuis bien longtemps. J’aime leurs pièges aussi. Tous leurs subterfuges. J’aime enfin la finesse de leurs pattes, cette manière imperceptible de se déplacer, leur grâce suspendue à un fil de soie que le moindre souffle dérange sans le rompre.

Le corps parfait des araignées. J’aime les araignées. Elles sont nombreuses ce matin, accrochées aux parois de ce trou. La sécheresse les pousse loin de leur toile. Il faut bien vivre aux murs poussiéreux. 

Le corps parfait des araignées – Franck Balandier – Éditions du Poutan

2 réflexions sur “Le corps parfait des araignées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s